Tirailleurs sénégalais, le passé ressurgit vendredi

Article du Télégramme : 27/09/15 en ligne
La mémoire de Trévé est marquée à jamais par l’emprisonnement de tirailleurs sénégalais dans un camp pendant la Seconde Guerre mondiale.Un Bistrot de l’histoire permettra de revenir sur cet épisode sensible vendredi soir, à la salle des fêtes.

Une jeune Sénagalaise découvrant la stèle lors du camp de cet été. Photo Thierry Jeandot

Une jeune Sénagalaise découvrant la stèle lors du camp de cet été. Photo Thierry Jeandot

Avaient-ils conscience qu’ils risquaient de trouver la mort en compagnie d’autres frères d’armes, de retour au Sénégal, lors du massacre de Thiaroye, le 1er décembre 1944 ? Toujours est-il que 300 tirailleurs sénégalais avaient refusé de prendre place à bord du Circassia, à Morlaix, le bateau funeste qui devait les renvoyer vers l’Afrique. Arguant de n’avoir pas perçu leur solde. Cela leur avait valu d’être emprisonnés dans un camp à Trévé… Abandonnés par les troupes allemandes, ils furent accueillis par la population locale puis gardés par des FFI venus du Trégor.
Des témoins de Trévé et sénégalais
C’est cet épisode d’histoire locale qui sera conté lors d’un Bistrot de l’histoire. Il se tiendra vendredi à la salle des fêtes de Trévé, organisé par différents partenaires (*). Témoins, historiens, artistes et lecteurs relateront un vécu commun afin de valoriser la mémoire collective. Plusieurs témoins sénégalais seront présents, dont des petits-enfants de tirailleurs et leurs professeurs venus du lycée de Thiaroye au Sénégal.
Des habitants de Trévé, enfants ou adolescents au moment des faits, évoqueront le souvenir de ces tirailleurs. Anne Cousin, auteur, rappellera les conditions difficiles qu’ont vécues ces combattants venus des garnisons de Versailles, de la Sarthe et de Bretagne, lors du départ du navire Circassia à Morlaix.
De son côté, l’historienne Catherine Coquery-Vidrovitch, enseignante à l’Université Paris VII Diderot, spécialiste de l’Afrique, évoquera les recherches historiques en cours, concernant le massacre de Thiaroye, au cours duquel plusieurs dizaines de soldats furent tués, blessés ou emprisonnés.
Autre intervenant, le vidéaste sénégalais M’Baye Sow, présentera des extraits de son reportage réalisé en 2015 à Thiaroye puis Trévé en lien avec des jeunes des deux pays. Enfin, Joseph Collet, maire de Trévé, évoquera son implication et celle du conseil municipal dans l’organisation des rencontres internationales lors du chantier de jeunes en août. Durant dix jours, une rencontre internationale franco-allemande-sénégalaise de jeunes âgés de 14 à 18 ans avait été organisée.
Une stèle rare
Par ailleurs, la commune avait inauguré, en novembre 2011, une stèle en hommage à ces tirailleurs. C’est une des rares communes de France à avoir ainsi honoré les tirailleurs sénégalais et ce monument est devenu un lieu emblématique et symbolique de la participation de ces combattants à la Libération.
* La Ligue de l’enseignement des Côtes-d’Armor, en partenariat avec la mairie de Trévé, la Ligue des droits de l’homme de Loudéac, le Cac Sud 22 et l’association des Bistrots de l’histoire.
Pratique Bistrot de l’histoire vendredi, à 18 h, à la salle des fêtes. – Entrée libre. Restauration sur place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *